- des lieux de mémoire presque exclusivement consacrés à la Résistance et aux Résistants jusqu'aux années 1970

carte mythe résistancialiste - lieux de mémoire 1945 1973

photo mythe résistancialiste - lieux de mémoire mémorial France combattante

photo mythe résistancialiste - lieux de mémoire inauguration mémorial Jean Moulin

photo mythe résistancialiste - lieux de mémoire plateau du Vercors
- des héros officiels glorifiés : Jean Moulin, figure du "mythe résistancialiste", trait d'union entre Résistances intérieure et extérieure
- des discours officiels qui véhiculent ce mythe : l'exemple discours de de Gaulle à l'occasion de la Libération de Paris
- des cérémonies et des commémorations officielles qui participent à diffusé cette histoire mythifiée : le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon et le discours de Malraux
- une censure d'Etat utilisée parfois (l'image censurée de Nuit et brouillard, d'Alain Resnais) pour ne pas porter atteinte au mythe résistancialiste

affiche mythe résistancialiste - censure Nuit et brouillard

photo mythe résistancialiste - censure Nuit et brouillard 1

photo mythe résistancialiste - censure Nuit et brouillard 2

- une "mémoire officielle", un "mythe résistancialiste" qui irriguent progressivement l'ensemble de la société
- par le cinéma : des films qui relaient ce mythe à l'image de La bataille du rail de René Clément (1946) ou de La grande vadrouille de Gérard Oury (1966)

affiche mythe résistancialiste - La bataille du rail

- par l'école : la création du "concours national de la Résistance" en 1964
- par les médias, qui relaient la "mémoire officielle" et donnent notamment un large écho aux cérémonies commémoratives

une mythe résistancialiste - Paris Match transfert cendre Jean Moulin Panthéon

- par les travaux des historiens : une histoire de la Seconde Guerre mondiale "sous contrôle" (un organisme public, le comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale", dirigé par l'historien et résistant Henri Michel) qui privilégient les travaux glorifiant la Résistance française

- une "mémoire officielle" omniprésente, qui rencohtre rapidement l'adhésion majoritaire de Français soucieux de "tourner la page", d'oublier les turpitudes et les querelles du passé


C - D'autres mémoires qui peinent à émerger : des "mémoires refoulées" ?

- une "mémoire officielle" qui sature l'espace public
- d'autres mémoires qui peinent à émerger, à trouver de l'écho et n'y parviennent que difficilement

- une "mémoire communiste" qui émerge rapidement
- une mémoire qui cherche à mettre en valeur le rôle du PCF dans la résistance intérieure : le "parti des 75 000 fusillés"

affiche mémoire communiste - martyrs de Chateaubriant
- une mémoire communiste qui fait émerger ses héros : Guy Mocquet

photo mémoire communiste - Guy Moquet
- une mémoire elle aussi tronquée : des épisodes occultés (le pacte germano-soviétique et l'entrée tardive de nombreux communistes dans la Résistance, seulement après sa rupture en juin 1941) ; des exagérations (un nombre de "fusillés" bien inférieur aux 75 000 revendiqués d'après les travaux des historiens)
- une mémoire électoraliste : un argument électoral précieux qui atteste d'un patriotisme remis en cause par des opposants qui dénoncent un "parti de l'étranger"

affiche mémoire communiste - élections municipales 1945