- une épuration légale rapidement contestée : trop sévère pour certains, trop clémente pour d'autres

- un objectif : une épuration qui ne laisse pas les principaux collaborateurs impunis mais qui demeure limitée pour ne pas rendre impossible la réconciliation nationale

- une épuration dont il faut vite tourner la page pour reconstruire

 

2 - Amnistier pour oublier et réconcilier les Français

- une volonté d'amnistier pour réconcilier assumée par le géénral de Gaulle : "Il faut que nous acceptions de nous unir fraternellement pour guérir la France blessée"

- une amnistie mise en oeuvre progressivement et qui s'élargit

- une amnistie d'abord par des grâces accordées aux coupables des crimes les moins graves (marché noir) : Vncent Auriol , "la grâce tue la haine ; la mort fait des martyrs"

- des lois d'amnistie qui se succèdent (1946, 1951, 1953), s'élargissent et finissent par permettre la libération de tous les condamnés des procès d'épuration

graphique amnistie - lois d'amnistie

- des lois d'amnistie qui suscitent le débat entre la droite et la gauche
- des lois d'amnistie qui déclenchent parfois des polémiques publiques : la condamnation et l'amnistie des 13 "malgré nous" de la division SS "Das Reich" responsable du massacre d'Oradour-sur-Glane

affiche amnistie - procès des malgré nous

photo amnistie - procès des malgré nous

 

B - La naissance d'une mémoire officielle tronquée : le "mythe résistancialiste"

- un souci de réconciliation nationale partagé par les dirigeants de la IVème République mais surtout par le général de Gaulle
- une mémoire de la Seconde Guerre mondiale conçue comme un moyen de cette réconciliation nationale

- la naissance d'une mémoire tronquée
- une mémoire qui exalte l'unité des Français, dans le combat et la souffrance

affiche mythe résistancialiste - unité des déportés 1

affiche mythe résistancialiste - unité des déportés 2

- une mémoire qui exalte l'unité des Français dans le combat contre l'occupant, dans la Résistance
- une mémoire qui occulte Vichy ("nul et non avenu") et la collaboration
- une mémoire qui minimise le rôle des Alliés

- une "mémoire officielle", élaborée et véhiculée par l'Etat 
- de nombreux moyens utilisés pour la diffuser
- des lieux de mémoire presque exclusivement consacrés à la Résistance et aux Résistants jusqu'aux années 1970

carte mythe résistancialiste - lieux de mémoire 1945 1973

photo mythe résistancialiste - lieux de mémoire mémorial France combattante

photo mythe résistancialiste - lieux de mémoire inauguration mémorial Jean Moulin

photo mythe résistancialiste - lieux de mémoire plateau du Vercors
- des héros officiels glorifiés : Jean Moulin, figure du "mythe résistancialiste", trait d'union entre Résistances intérieure et extérieure
- des discours officiels qui véhiculent ce mythe : l'exemple discours de de Gaulle à l'occasion de la Libération de Paris
- des cérémonies et des commémorations officielles qui participent à diffusé cette histoire mythifiée : le transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon et le discours de Malraux
- une censure d'Etat utilisée parfois (l'image censurée de Nuit et brouillard, d'Alain Resnais)

affiche_mythe_r_sistancialiste___censure_Nuit_et_brouillard

photo_mythe_r_sistancialiste___censure_Nuit_et_brouillard_1

photo_mythe_r_sistancialiste___censure_Nuit_et_brouillard_2

- une "mémoire officielle", un "mythe résistancialiste" qui irriguent progressivement l'ensemble de la société
- par le cinéma : des films qui relaient ce mythe à l'image de La bataille du rail de René Clément (1946) ou de La grande vadrouille de Gérard Oury (1966)

affiche mythe résistancialiste - La bataille du rail